Hauts Lieux de Mémoire du Gers

Retour Retour à la carte

Les lieux

BELLEGARDE-ADOULINS (En Bidaou)

BELLEGARDE-ADOULINS (En Bidaou)
BELLEGARDE-ADOULINS (En Bidaou)
BELLEGARDE-ADOULINS (En Bidaou)

Les lieux

BELLEGARDE-ADOULINS (En Bidaou)

L'histoire Médias A proximité

Embuscade de BELLEGARDE 16/08/1944

La veille du 16 août 1944, le Corps Franc Pommiès fut alerté qu’un bataillon de soldats allemands quittait Tarbes pour remonter vers le nord afin de lutter contre les troupes alliées. L’ordre fut donné au groupe local de tendre une embuscade. Cinq hommes se portèrent volontaires pour attaquer le convoi. Leur action permit de ralentir la remontée des troupes allemandes, détruisit un camion et neutralisa une trentaine de soldats ennemis. Malheureusement pris à revers par l’arrivée d’un autre camion, les cinq résistants durent se replier. Alexandre Metel, le seul équipé d’une mitrailleuse, décida de se sacrifier en couvrant la retraite de ses camarades. Il fut abattu comme son ami Pierre Cadiou par les Allemands.

L'histoire

Compte rendu original de l’embuscade du 16/08/44. Collection Privée Kévin DIEU.

Parti à 4h30, le chef de section LIBOS (Roger NOUVEL) accompagné de son adjoint RUDOLPH et des chasseurs : ALEX – PIERROT – BATAILLE – TOUTPETIT, montent l’embuscade sur la D27 à 1km ouest de l’embranchement D27-D40.

A 9H30 une colonne de 18 camions allemands passe en direction de Masseube. Le chef LIBOS attaque à la grenade les derniers camions et lance 2 gamons en plein milieu de l’un d’eux ainsi que plusieurs grenades Mills. Immédiatement contre attaqué et poursuivi il se replie vers le nord mais perd deux de ses hommes, blessés à plus de 700 mètres de l’embuscade : les chasseurs ALEX et PIERROT qui sont torturés et achevés par les Allemands. Le chef LIBOS, les chasseurs BATAILLE et TOUTPETIT rejoignent le cantonnement vers 16 heures. Le chef adjoint RUDOLPH est retrouvé le lendemain sain et sauf. La colonne allemande est passée à Masseube on l’on a pu constater deux camions remplis de morts couverts de feuillages et où ils ont fait soigner quatre blessés. Cette colonne s’est scindée en deux parties, l’une continuant sur Mirande, l’autre sur Toulouse.

Récit original fait au P.C le 17 Aout 1944 signé par le commandant de compagnie : PIGNADA.

 

Pictogramme lire histoire Consultez l'histoire détaillée Pictogramme section lire la suite